Le périple pour arriver!

Écrit par Rita Berrada.

Ça y est, c’est le grand jour du départ pour 3 mois de voyage solo !! Bien sûr je n’ai pas échappé à la traditionnelle nuit blanche de la veille (merci Asmaa de m’avoir supportée!!)

Un mélange d’excitation, de stress, de « peurs » de joie…

6h du matin, il est temps d’aller prendre l’Eurostar pour commencer mon long périple. Malheureusement, je ne me sens vraiment pas très bien : mon rhume ne s’arrange absolument pas, j’ai de plus en plus mal à la gorge (ce qui ressemble à une angine) et surtout j’ai très mal aux yeux. Je pense d’abord que c’est juste la fatigue, mais je commence à constater que j’ai en fait des sécrétions qui se forment à l’intérieur de mon œil et qui brouillent ma vue… bon on verra plus tard.

Un taxi et un train plus tard me voilà arrivée à Londres, le trajet a été pénible avec tout ce que je traine comme maladie !! je tente donc une consultation médicale à distance : un coup de fil et me voilà repartie avec une prescription pour un collyre antibio pour soigner une conjonctivite et un traitement antibio + toute l’armada classique pour soigner rhume et angine. Youpi !! le voyage commence bien J

Me voilà donc embarquée pour un vol de 12h pour HK avec une trousse de médoc assez hallucinante ! Ajoutez à cela que le collyre doit en fait être conservé au frais, donc toute une logistique assez complexe avec des sacs de glaçons qu’il faut renouveler régulièrement…Bref!

Le vol, et bien à cause de mon état on va dire, je ne pouvais ni voir de films car trop mal aux yeux ni dormir trop longtemps car complètement bouchée + le collyre qu’il faut mettre toutes les 2h + les autres médocs…bref, c’est ma pauvre voisine qui a du se mordre les doigts d’être tombée à côté de moi! J

Bon avec tout ça, je n’ai même pas pu encore bouquiner le guide des Philippines, j’arrive tout de même dans quelques heures et je n’ai toujours pas d’hébergement, je n’ai même pas regardé comment rejoindre la plage depuis l’aéroport (qui se situe sur une autre île). Je me lance donc dans une lecture assidue.

Ce qui est dommage, c’est qu’à cause de mes pbs de santé, je ne pourrai certainement pas plonger tout de suite (ce qui était le pgme initialement prévu). En mm tps, comme je n’ai pris qu’un aller simple vers ma première destination aux Philippines, je peux donc tjs ajuster mon programme. C’est ça l’avantage d’un voyage « sac à dos » !;)

Bon je garde tout de même un grand espoir dans le pouvoir guérisseur de la mer/plage, j’espère que je me rétablirai vite!

Là, je ne pense qu’à une seule chose : arriver, poser mon sac dans une chambre que je ne mettrai pas lgtps à trouver j’espère, mettre mes tongues, une petite tenue de plage et aller me poser sur le sable, avec un peu de chance, j’aurai droit au coucher du soleil, très réputé à Boracay ;)

Arrivée à Hong Kong, 8h du matin heure locale, 1h du matin heure française, c’est parti pour le jetlag!!

L’aéroport d’HK, vrt impressionnant, c’est la 1èrefois que je prends le train (un peu comme notre orly val) mais non pas pour changer de terminal, mais simplement pour atteindre ma porte d’embarquement ! J

Des boutiques en voici en voilà…vu ma situation de santé assez désespérante je me laisse tenter par une boutique de « oriental health » et achète un Tiger Balm (pour ceux qui ne connaissent pas : un petit pot chinois avec un espèce de vicks super puissant qui soigne à la fois les maux de tête, le nez bouché, les courbatures, les piqures de moustique…rien que ça ! :)) Bon de toutes les façons au point où j’en suis, un traitement de plus ou de moins…je mets dc qqs grammes de ce fameux remède sur  les  narines :  Ahhhhhhh ! ça arrache graaave, ça débouche qqs min seulement puis c reparti pour les snifs snifs, non concluant donc ! J

Je poursuis mon périple. D’abord un vol pour Manille, puis une escale d’un peu plus de 2h pour le 2ème vol. L’organisation à l’aéroport de Manille est assez chaotique, mon vol n’est pas affiché sur les écrans d’embarquement, l’heure d’embarquement est arrivée mais apparemment il va y avoir du retard…Bon le tps qu’ils se décident, je m’endors sans m’en rendre compte sur mon petit siège à l’aéroport, jusque ce qu’un mec très sympa voyant que je tenais à la main ma carte d’embarquement pour le même vol que lui me réveille pour y aller ! J

Le survol devait sûrement être assez joli puisque les Philippines constituent un archipel de plus de 7000 îles si je ne me trompe pas, mais impossible de garder les yeux ouverts, je suis vrt naaaaze.

Débarquement à Caticlan (proche de Boracay, il n’y a pas d’aéroport à Boracay) et là c’est assez drôle : ni passerelle ni bus, on descend de l’avion et on se dirige tranquillement à pied vers le bord du tarmac. Pour les bagages, pas besoin de se soucier pour savoir sur quel tapis ils arrivent, il suffit d’attendre toujours sur le bord du tarmac et les mecs les sortent en live de la soute ! J

S’ensuit ensuite un trajet en tricycle (l’équivalent philippin du rickshaw indien, tuc tuc thailandais). Il s’agit d’une moto à laquelle on accroche un espèce de véhicule avec quelques place. Ça donne ça:


image003     image002

C’est l’occasion de rencontrer quelques voyageurs avec qui je fais le trajet. Une fois arrivée au port, il faut prendre le bateau pour Boracay (je vous rassure seulement 15min de traversée environ).

Dans le bateau je recroise le gars qui m’a réveillé, il s’appelle « Nicholasssss », il est en real estate à Manhattan et prend tous les ans 4 mois de vacances, trop dur la vie !! :) Au bout de qqs min, il remarque je suis malade, je lui explique ce que j’ai et il me dit poliment « ah, j’ai déjà été malade pendant une semaine au début de mon voyage, c’est hyper désagréable, je n’ai pas envie de retomber malade, je suis dslé je vais aller m’assoir un peu plus loin » Trop drôle !! J

Reprenons donc le cours de l’histoire : 1 eurostar de 2h30, 3h de battement, 1 vol de 12h puis 1 vol de 2h puis 1 vol d’1h30, 3 escales de 2h chacune, 2 trajets en tricycle et une petite traversée en bateau plus tard, me voilà à Boracay !!!! Youhou !! :) Plus de 24h de voyage tout de même…

J’arrive sur le port de Boracay pile au moment du coucher du soleil, en effet il est très très beau, mais je n’ai mm pas la force de mettre ma main au fond du sac pour sortir l’appareil photo.

Bon ben me voilà arrivée, il est 18h env, et il faut à présent trouver un logement (eh non ! je n’avais pas booké, mm pas la 1ère nuit J). Bon j’ai repéré sur le guide le coin des guesthouses pas chères, je vais tenter ma chance. En marchant dans cette direction je croise le « White Blue » dive center (centre de plongée) dont m’avaient parlé Imane & Nico, des amis qui étaient aux Philippines il y a environ 1 an. Je reconnais même la tête du gars car il est en photo sur leur blog ! J Grosse pensée pour vous 2 si vous lisez ce récit, j’ai l’impression de suivre vos traces;)

Une petite discussion plus tard, les mecs se souviennent très bien d’eux…c’est assez drôle ; l’un d’eux me propose de m’aider pour chercher un endroit où dormir. Au bout de 10 min env, on finit par trouver un truc qui me convient, certes cher mais bon pour la 1èrenuit ça ira (attention tout est relatif, c’était genre 17€ ! J mais bon 3 mois de voyage c’est déjà un sacré budget, je suis dc en mode éco, surtout pour l’hébergement)

Il fait déjà nuit mais hors de question de dormir tout de suite sans même voir où je suis. Une petite douche et puis je sors manger un morceau. En fait tout est concentré sur une longue allée piétone (moitié sable/moitié terre) qui longe la plage.

image005

L’allée est bordée de petites boutiques, restos et bars, il ya plein de monde qui se balade nonchalamment en tongues, paréos, les gens sont installés sur le bord de la plage…l’ambiance ici est vraiment trop bonne, on se sent vrt bien ici, coooool, tranquille. Ici et là, on peut trouver une « massage area » pour se faire masser direct sur la plage,1 petit groupe qui joue de la musique en live… J’aime déjà cet endroit! J

image007

Article suivant...

 

Comments

  • No comments found
Please login to comment

Visit the new site http://lbetting.co.uk/ for a ladbrokes review.