Le Machu Picchu comme si vous y étiez !

Écrit par Rita Berrada.

Déblayons un peu le terrain

Petit lexique pour commencer J Le Machu Picchu, désigne l’ensemble du site Inca s’étalant sur 325 km2. Ce site renferme les vestiges d’une cité Inca dont l’architecture est considérée comme une œ66uvre d’art. Le site, contient 2 montagnes principales : la Huayna Picchu, c’est le symbole du « Machu Picchu », celui que vous voyez sur toutes les photos et cartes postales et la montana Machu Picchu, portant donc le même nom que le site.

Pour atteindre le Machu Picchu, il n’y a pas de route, impossible donc de prendre un bus, il n’y a que 2 options possibles :

  1. Le train jusqu’à Aguas Caliente, le petit village au pied du Machu Picchu. Les trains sont assez chers, mais vous pouvez économiser en prenant le train de Ollantaytamboau lieu de Cusco, avec un bus entre Cusco et Ollanta.
  2. Vos jambes, moyen de transport très sollicité au Pérou J. Les treks pour le Machu Picchu sont variés, le plus connu : l’Inca trail qui consiste à marcher 4 jours nécessite une réservation plusieurs semaines, voir mois à l’avance. Plusieurs treks alternatifs ont cependant vu le jour, dont le Salkantay, un trek de 5 jours, assez challenging mais avec de très beaux paysages parait il…

Le flou reste total sur est ce qu’il faut réserver à l’avance ou pas,  car le site est désormais sujet à un quota : 2500 pers/ jours pour l’ensemble, 400 pour grimper le Huayna et je ne sais pas combien, mais quota moins strictpour grimper la montana Machu.

Franchement, de ce que j’en ai vu, ça peut parfaitement s’arranger dernière minute à Cusco, no stress ! (sauf Inca Trail et Huayna qui eux nécessitent de l’anticipation), les agences pullulent à Cusco, et elles se feront une joie de vous vendre le package qui vous conviendra.

Pour ma part, en termes de transport, j’ai choisi l’option 1. J’ai acheté mon billet pour le Machu directement auprès de la DRC (Direction Régionale de la Culture), avec une entrée supplémentaire pour grimper au sommet de la montana Machu, ben oui, tant qu’on y est, autant bien faire les choses ! J

Ensuite, j’ai traité avec une agence pour le package transport : bus Cusco Ollanta A/R + Train A/R Ollanta Aguas (Inca Trail semblait avoir des meilleurs tarifs et des horaires qui me convenait davantage), bus de Aguas Caliente à l’entrée du Machu Picchu : FORTEMENT recommandé !! Car à pied, c‘est plus d’une centaine de marches, + 1200 m à monter, le but n’étant pas d’arriver essoufflé au pied du Machu. Oui je sais que je vous ai dit qu’il n’y a pas de route ni de bus…; il n’y pas de route pour arriver à Aguas Caliente, mais il y a bien une route pour aller de Aguas Caliente au pied du Machu Picchu (25/30 min de trajet).

Image00007En terme d’orga, je suis arrivée la veille à Aguas Caliente et le trajet en train était une super belle surprise ! Un très beau train avec de la boiserie, des sièges hyper conforts en cuir, un service gratuit de snacking et boisson servi à bord, avec des fenêtres sur le côté et aussi sur le plafond, et surtout, il passe littéralement au milieu de la forêt, en traversant des tunnels en roches, avec les fenêtres ouvertes, le bruit des rails et de la nature…ça fait vraiment « expédition », j’aime bcp !! Une très bonne expérience, surtout que je ne m’y attendais pas du tout ! Au retour, malgré le tarif qui était le même, ce n’était pas du tout le même train, mais un train tout à fait ordinaire à la TER français ; le standing demeure un mystère pour moi, mais sûrement que j’ai du rater une petite subtilité…

Image00008     Image00009

Sinon, à l’arrivée à Aguas Caliente, j’aperçois un autre train, le top classe du train, je pouvais aller me cacher avec mon petit tchoutchou que j’avais trouvé super ! Celui là, portant le nom de Hiram Bingham, l’exlorateur qui redécouvre la cité abandonnée en 1911, il contient des tables dressées avec napes, rose au milieu…lmouhim, dakchi dial les gens bien J

Image00010

En tout cas, moi j’avais calculé mon départ de telle sorte à arriver vers 13h à Aguas pour avoir le temps d‘aller escalader le Putucusi, un sommet à Aguas Caliente, très peu connu, sauf par ceux qui fouillent dans les blogs J et qui permet d’avoir une très belle vue sur la Machu, en avant première, avt de le découvrir en live J. A l’arrivée, je le sens mal le Putucasi, parce que je ne croise pas grand monde, et ce n’est pas trop le genre de rando que j’irai faire toute seule… Quelques minutes plus tard, il commence à pleuvoir… Bon ben voilà, c’est réglé, le Putucasi tombe à l’eau, tant pis ! ça sera une apm de repos forcé mérité, avec LE programme idéal en temps de pluie :

Manger : d’abord un super déj avec entrée (avocat) / plat (Alpaca) / dessert (pancake) miam, puis un thé avec du chocolat, puis en fin d’apm un goûter (Bonne adresse : « Café de Paris » qui a des pâtisseries et viennoiseries à tomber ! on s’y croirait presque ! J)

Image00014

Siester, ou du moins s’allonger en position horizontale et bouquiner un peu et/ou écouter un peu de la musique. Le tout dans un cadre agréable, l’auberge où je suis est chouette, les réceptionnistes sont hyper sympas, ce qui me change de Cusco, et c’est mignon, j’aime bcp cette peinture au mur de mon dortoir.

Image00011Aguas Caliente a assez mauvaise réputation, étant « hyper touristique et chère », franchement, je n’ai pas trouvé que c’était plus touristique ou plus cher que Cusco ; et puis moi j’aime bien les petits villages, où on peut se balader à pied, tranquillement… Avec sa rivière qui traverse, ses nombreux ponts, restaurants et marchés, moi je ne trouve pas cette petite escale désagréable.

Image00004        Image00013

Jour J, on passe aux choses sérieuses

Il est recommandé d’arriver au Machu Picchu de bonne heure pour 2 raisons :

  1. Assister au lever du soleil sur le site
  2. Eviter la horde de touristes

Alors, je commence par « casser un mythe » : le lever du soleil au Machu Picchu, il faut être sacrément lucky !! Car de mon expérience et de celle de beaucoup de personnes à qui j’ai parlées, tôt le matin, le Machu Picchu c’est très très brumeux (du moins en cette saison). Résultat : la seule vue que vous obtiendrez en cherchant le lever du soleil, c’est un beau rideau épais blanc.

Image00015

Pour la horde de touristes, c’est vrai qu’il y a moins de monde de bon matin.

J’étais vers 5h45 du matin dans la queue pour le bus qui montait d’Aguas au Machu. Mauvaise nouvelle:  il pleut ! Aghhh, le Machu Picchu sous la pluie, c’est vrt dommage L

Image00006

J’arrive sur le site vers six heures 30 (pour la parenthèse, j’ai renversé du thé sur mon clavier et depuis mon PC bug grave meskine, il a notamment perdu le chiffre six, que je suis condamnée à écrire en lettres, bref ! J)

Sous les recommandations de quelques voyageurs étant déjà passés par là, je m’attaque tout de suite à l’ascension de la montana Machu Picchu. Déjà, pour arriver au point de départ, il faut pas mal monter et marcher, je suis déjà essouflée… « quoi, on n’a pas encore commencé l’ascension ?? » J OK top départ à 7h05 (je sais l’heure, parce qu’on s’inscrit sur un registre avant de monter), bonne nouvelle, il s’est arrêté de pleuvoir, mais il assez frisquet quand même…ce qui ne pose pas vrt pb, parce que quand on marche, ben on chauffe très vite J et puis sans soleil et sans chaleur, l’effort est plus facile je trouve. Je monte, monte, monte…un nombre infini de marches (le gars du registre à l’entrée, me dira ensuite que c’est un peu plus de 2000 marches), j’évite de regarder tout le chemin qu’il reste, et me concentre sur le fait de continuer à mettre un pied devant l’autre, je m’imagine à chaque série d’escalier, que c’est juste quelques étages à monter, après j’arrive J.

Bon franchement, c’était pas facile, mais ça va ! Le temps annoncé est de 1h30, moi je mettrai 2h, je sais pertinemment, que je ne rentre pas dans la moyenne de performance qu’ils calculent quand ils disent ces temps, je mets toujours plus ! J Mais bon, je n’ai pas eu besoin tout de même de monter à 4 pattes comme j’en ai vu certains le faire, c’est vrai que par endroits, ça peut foutre la trouille à ceux qui ont le vertige…

Image00017      Image00016

Je ne croise pas grand monde et me demande presque si je suis la seule folle à avoir eu cette idée ? J Je comprendrais par la suite que non, il y a pas mal de personnes qui ont eu cette bonne idée, sauf qu’ils n’étaient pas nombreux à se pointer à 7h05 quand la porte a ouvert à 7 h J, ceci dit, ils ont eu l’inconvénient de la chaleur eux…

Arrivée au sommet, je suis contente de « la performance » sportive J malheureusement, pour la vue, faudra repasser… Encore beaucoup de brouillard et beaucoup de nuages. Avec la poignée de randonneurs ici, on s’assoit pour reprendre un peu notre souffle et chacun y va avec ses pronostics tous positifs : « ça va se lever », « le vent va pousser ce nuage et après on va voir la Machu… », au moins, ben on garde le moral ! Heureusement que personne n’a misé tapis sur ces paris ! J Parce que c’est resté tout de même très couvert, avec comme meilleures vues, des vues partielles pendant quelques secondes, le tps que les nuages se déplacent.

Image00019     Image00021

On se résigne donc à redescendre, mais avant, j’ajoute mon petit nom à ce ponton en bois au sommet, vous noterez les petits yeux J

Image00026

L’ascension ça aura donc été plus pour la gloire que pour la vue ! J Ceci dit, à peine quelques mètres plus bas, la vue commence à se dégager, et on découvre la majestuosité du site…Je suis tellement frustrée de presque n’avoir rien vu en haut, que je mitraille littéralement J c’est le tri des photos qui sera laborieux !

Image00028     Image00029

Image00032

La descente est presque aussi longue que la montée ! Les marches par endroits sont hyper étroites, et même avec des petits pieds comme les miens, on est obligé de descendre en biais comme les crabes + les effort de « ménager un peu les genoux », bref j’arrive en bas assez KO, en me disant « Bon le plus dur est fait, maintenant, je vais juste faire une balade agréable dans le site »

Le ciel s’est bien dégagé, un beau soleil nous fait l’honneur d’être là, super ! Je me dirige donc vers le « Sun gate » ou porte du soleil, un must do ici. Je marche, 10, 15, 20 min, je ne vois toujours rien à l’horizon et la pente devient de plus en plus raide… Je commence à demander un peu aux autres randonneurs, qui me disent « Ahh, c’est encore un peu loin oui, mais la vue vaut la montée ». Comment ça la montée ?? C’est quoi cette arnaque là ? Moi je pensais que c’était fini les montées pour aujourd’hui !! Et ben non, sachez le, pour arriver à la porte du soleil, c’est une boooonne heure de grimpette ! En même temps, c’est peut être pas plus mal que je ne l’ai pas su, parce qu’à la descente de la montana, on m’aurait dit, tu remontes pour une autre heure maintenant, j’aurai répondu « ha, ha très drôle ! ».

Au bout de la montée, certes la vue est super belle, et surtout, le coin offre la possibilité de s’assoir les pieds ballants, face au vide et aux paysages pour un moment fort agréable !

Image00001     Image00035

Mais pour moi la plus belle vue, restera d’en bas, près de « espacio de trabajo », face au Huayna, où on arrive même à voir son visage ! Oui, oui regardez bien, quand on retourne le paysage ce que ça donne ;) (promis je n’ai rien retouché !)

Image00003 Image00002     

Aussi, petit note, le site regorge de centaines de papillons, bon ok on ne vient pas forcément pour ça, mais c’est quand même très beau les papillons, non ? Moi j’aime bien en tout cas J

Bref, 2 ascensions plus tard et six heures de marche au compteur, après un réveil à 5h du matin, je n’ai plus la force d’explorer les autres coins et recoins du site (partie résidentielle, partie agricole…) il y a de quoi y passer 3 jours ou plus je pense, si on se prend à comprendre l’histoire de chaque endroit.

Bizarrement, malgré ma fatigue, je me dis « pff, au point où j’en suis, pas la peine de prendre le bus pour redescendre, je vais y aller à pied à Aguas Caliente, ce n’est que 45 min de descente ! Graaave erreur !! Très mauvaise idée !!

Bon les premières 20 minutes, super ! je descends les marches, hyper tranquille, presque en sautillant. Quand j’attaque la 2ème demi heure, je commence à encaisser la fatigue, mes jambes ont du mal à me porter, chaque pas raisonne jusqu’aux racines de mes cheveux, je suis à bout de forces, ça me parait super long...bref, je veux arriver !! A la fin des marches (franchement il y en a bcp ! et entre ça, celles du sun gate et celles de la montana, sans déconner, j’ai du me taper plus de 3000 marches facile en montée et en descente !!), il faut encore marcher wahed 20 bonnes minutes le long de la route pour arriver jusqu’au village ! Vraiment j’en peux plus !

Heureusement, je croise deux péruviennes d’humeur plutôt loquaces, qui avaient déjà sympathisé avec un polonais, et on finit le trajet à 4, ce qui rend le dernier tronçon un peu moins pénible.

Arrivée à Aguas Caliente vers 15h et quelques, j’ai juste le temps de m’acheter un petit truc à manger dans le train avant d’aller à la gare. Je suis OUT et m’écroule sur mon siège.

A l’arrivée à Ollanta, c’est pas fini, j’ai encore le bus à prendre pour retourner à Cusco, une galère, le gars qui devait me récupérer dans son mini bus n’est pas là… bref, après avoir dépensé mes dernières gouttes d’énergie en négociation non négociable (car je n’avais réellement plus aucune force pour attendre plus longtemps de rentrer et retrouver un lit et une douche), je me retrouve assise, place passager aux premières loges du mini bus. Ça tombe bien que j’aie été KO car je me suis assoupie très vite, mais les rares fois où j’ai ouvert les yeux, la conduite de nuit du chauffeur n’était pas tout à fait rassurante.

A l’arrivée à Cusco, il est déjà 20h, le mini bus nous dépose sur une petite place centrale. Je suis tellement OUT, que je m’assois 5 min sur le trottoir, juste pour reprendre mes esprits et puiser dans les dernières gouttelettes d’énergie pour marcher les 7 min qui me séparent de mon auberge.

Objectif : un lonng sommeil salvateur, mais avant, ça sera une douche en mode zombie mais tellement nécessaire, en fait, à ce moment précis, mon fantasme ultime c’est un hammam bien de chez nous avec une super kiassa qui prend soin de moi, mais bon, quand on a la kiassa, on n’a pas le Machu Picchu, donc il faut choisir J 

Voilà le Machu Picchu, ce n’était pas de tout repos, mais ça en valait le coup !

 

 

Comments

  • No comments found
Please login to comment

Visit the new site http://lbetting.co.uk/ for a ladbrokes review.