Direction sud sud : Arequipa !

Écrit par Rita Berrada.

En me dirigeant au sud du Pérou, j’ai eu pas mal d’hésitations sur l’itinéraire: arrêt à Nazca, Ica, Paraccas, Huacachina… ? Pour Nazca, connue pour ses figures gigantesques mystérieuses tracées sur le sol, les vols au dessus des dessins sont réputés chers et dangereux suite à plusieurs accidents et depuis le mirador, on ne voit pas grand-chose, d’après de nombreux voyageurs, donc j’ai finalement décidé de ne pas y aller.
Huacachina, est réputée pour son oasis au milieu des dunes de sable, ça a l’air pas mal, mais pour une marocaine qui a la chance d’avoir un désert avec des dunes à perte de vue dans son pays, ce n’est pas tellement impressionnant ! 
J
Paracas et les îles Ballestas constituent une réserve nationale où on peut observer notamment des pingouins, lions de mer, pélicans et plein d’espèces d’oiseaux. La région abrite aussi « la plage rouge » assez réputée. Bon c’est peut être le coin qui m’a donné le plus envie, mais la météo assez nuageuse et fraîche à Lima m’a découragée finalement…

Voilà, donc si vous décidez un jour d’aller au Pérou, à part les stops que j’ai effectués, vous pourrez ajouter d’autres étapes si le cœur vous en dit. En tout cas, il y a largement de quoi s’occuper pendant plusieurs semaines au Pérou !

De mon côté, je décide donc finalement de descendre beaucoup plus au sud, à Arequipa, où j’arrive après 16 lonnnngues heures de bus depuis Lima.

Image00031Arequipa est la 2ème plus grande ville au Pérou, après Lima, située à 2350 m d’altitude, elle est connue pour son « sillar », pierre blanche d’origine volcanique, utilisée pour la construction de plusieurs monuments de la ville 

Image00028     Image00029     

La ville est aussi connue pour le fait d’être au pied de 3 volcans, notamment le Misti, volcan qui culmine à plus de 5800 m.

Image00001

La colline de Yanahuara offre aussi une très jolie vue sur la ville et un autre volcan volcan.

Image00033     Image00036

Image00038La petite place en face de ce mirador est également très agréable, avec une jolie cathédrale et une fontaine bordée de palmiers, et accueillant une exposition photo très sympa sur des régions du Pérou

Image00039


Image00026Installée dans mon hostal bien placé (Sol de Oro), mais ambiance assez « morose »  car seule dans mon dortoir de 4 personnes et quasi seule dans tout l’hostal, je pars faire un petit tour dans le centre : la Plaza de Armas est jolie, avec sa fontaine centrale, la cathédrale sur le côté et les terrasses des restaurants au dessus.

Image00002     Image00003     

Ici il fait super chaud, le plus chaud depuis que je suis ici, qu’est ce que c’est agréable de se balader en débardeur et petites ballerines J

Je visite également le monastère Santa Catalina, un des « must do » ici. Construit en 1570, il a été ouvert au public en 1970 et représente à lui seul, une ville dans la ville, avec ses rues et ses innombrables pièces… Ce que j’ai aimé, ce sont les couleurs : le rouge et le bleu qui se mélangent au blanc du sillar et à la couleur du bois ; ces vieilles pierres, les fleurs, les pots de plantes… et les labyrinthes qui se dévoilent à chaque nouvelle porte franchie, chaque pièce menant à une autre, par des configurations tout à fait improbables ! On a l’impression de voir en plan en plusieurs dimensions…

Image00012     Image00011

Image00008     Image00014     Image00007

Je fais le tour de quelques agences aussi pour organiser ma prochaine excursion…je finirai finalement par réserver auprès de l’hostal directement, car j’aime bien la famille qui tient ce truc, ils m’inspirent confiance :) Et puis comme je suis quasi seule, je sympathise avec Juliana la proprio, qui me dit que sa petite, trop mignonne, un bout de chou d’un peu plus d’un an et demi s’appelle Amira. Quand je lui dis que ça signifie « princesse » en arabe, elle me répond, « oui je sais, c’est une amie marocaine qui m’a recommandée ce nom », j’ai trouvé ça très drôle cette histoire : qu’une petite péruvienne au Pérou porte un nom marocain J

Pour aller à la gare routière, je prends le combi : espèce de mini bus qui circule porte ouverte, avec une personne pointée à sa porte qui crie le nom des prochaines destinations ; Diana la sœur d’Amira, qui travaille aussi à l’hostal m’avait donné toutes les indications. Le trajet en combi est assez folklo… et me fait réaliser qu’au-delà de l’image « rangée » et jolie d’Arequipa centre où je me balade à pied, il existe une toute autre facette de cette ville : une facette plus fidèle à l’image qu’on peut se faire des grandes villes, des embouteillages, des centres commerciaux, des marchés ambulants dans les rues qui grouillent de monde et où les stands de fruits et légumes avoisinent des brics à bracs de menuiserie, des étales de fringues ou encore  même des chariots remplis de rasoirs avec un gars qui vend que ça ! Bref un chaos pas possible qui rappelle un peu « Derb Ghellaf » à Casa, même si ça fait des années que je n’y ai pas mis les pieds.

Dans les rencontres intéressantes, à qui j’ose demander si je peux les prendre en photos, il y a eu cette dame qui vend des petites babioles fabriquées à la main, j’adore les tenues traditonnelles ici !

Image00020

Une autre dame, qui tisse les fils pour fabriquer des écharpes et vêtements en alpaca (laine du cousin du lama)

Image00021

Le monsieur qui se trimballe avec sa glacière ambulante sur roues, dans les ruelles de la ville et auprès de qui je n’ai pas hésité à acheter un cornet pour me rafraichir un peu de cette chaleur bien sèche

Image00024

 

Comments

  • No comments found
Please login to comment

Visit the new site http://lbetting.co.uk/ for a ladbrokes review.