Potosi ou les mines d’argent

Écrit par Rita Berrada.

La Paz/ Potosi c’était mon premier long trajet en bus en Bolivie. Ici, les bus sont assez basiques, et même les meilleurs, sont loin, très loin du confort et du service qu’on trouve au Pérou ! Le strict minimum, 1 siège 1 conducteur et puis voilà. Pas de repas à bord, pas de WIFI…comme quoi, faut pas trop s’habituer aux bonnes choses J Bon l’essentiel étant que j’arrive saine et sauve à destination, on peut dire quand même qu’ils remplissent leur rôle J

Pourquoi donc Potosi ?

Potosi a connu ses années de prospérité il y a bien longtemps ! Au 16ème siècle, c’était une des plus grandes villes industrielles au monde, grâce à l’exploitation des mines d’argent.  La Bolivie fournissait alors l’argent à l’Espagne à l’époque coloniale

Au fil des années, l’effondrement du cours de l’argent, et l’exploitation intensive des mines ont sonné la fin des années de gloire de Potosi. Aujourd’hui, les mines sont toujours exploitées mais l’activité est en fin de vie car les ressources bientôt épuisées.

La ville garde quelques traces de l’époque coloniale, probablement plus les bâtiments que l’installation électrique. L’église de la place centrale est jolie, mais la place centrale est complètement en travaux et inaccessible.

Potosi 00020Potosi 00019  Potosi 00021     

Il y a un musée de la monnaie, auquel je ne suis pas allée.

Bref, tout ça pour dire que Potosi est surtout connue pour ses mines d’argent et que ces mines d’argent peuvent être visitées. Ces excursions sont très controversées…entre ceux qui estiment que c’est du « voyeurisme malsain » d’observer des travailleurs dans de dures conditions et ceux qui rétorquent que ces visites rapportent de l’argent aux mineurs et permettent de connaître cette activité…j’ai longtemps hésité à aller moi-même visiter ces mines.

Finalement j’ai décidé d’y aller ; car j’estime qu’à partir du moment où ces visites sont possibles c’est que ça doit servir à quelque chose… Pour ma part, je considère cette visite comme une opportunité de voir une réalité, certes dure mais une réalité, différente de toutes les « belles choses » qu’on voit généralement en voyage. Un autre aspect, qui permet certainement d’ouvrir les yeux sur le fait que tout n’est pas tout beau, et qui remet aussi les choses à leur place …

Me voilà donc partie pour le tour. On s’arrête tout d’abord pour se mettre en tenue : pantalon et veste de protection contre la poussière (franchement ils sont déjà hyper poussiéreux quand on les récupère), bottes en caoutchouc, casque, lampe frontale, et bandeau de protection pour la respiration. J’ajoute mes lunettes de vue pour protéger mes yeux. Me voilà prête, pas tout à fait rassurée, mais voilà je suis là pour ça.

Potosi 00001

On commence par s’arrêter au marché, pour apporter des petites choses aux mineurs. On peut acheter de la dynamite et des explosifs en vente parfaitement libre ici. Pour ma part, je me tiens aux jus et aux feuilles de coca.

Potosi 00002


Ensuite, on visite une usine d’extraction d’argent, à partir des pierres que les miniers collectent. Bon je n’y connais bien sûr rien dans cette industrie mais les installations me semblent archaïques ! Après, j’ai retenu qu’ils utilisent plein de « réactifs » pour séparer l’argent du reste, dont des substances hyper toxiques… 20 T de pierre permet d’extraire 200 kg d’argent.

Potosi 00003  Potosi 00005   Potosi 00006     

C’est maintenant le moment de rentrer dans la mine. Accompagnés de notre guide, on est un petit groupe de 4 personnes seulement (à avoir choisi le tour en espagnol) ; la douzaine d’autres personnes sont tous partis avec le guide en anglais. Il ya un couple de français et un espagnol.

Potosi 00009

On se suit en file indienne, car ici les couloirs sont très étroits, assez bas (même moi je dois me baisser par moment, c’est pour dire !!), en plus d’être sombres évidemment. Par endroit, les pierres sont assez friables, ce qui rend le terrain pas tout à fait stable, il y a eu quelques petites montées qui nous ont bien causé quelques sueurs froides !

Potosi 00014Entre la poussière, l’obscurité, l’étroitesse des couloirs…je ne me sens évidemment pas super bien. Mais c’est le cas un peu de tout le monde. Difficile de respirer par moment, sans compter qu’on est à 4000 m d’altitude pour rien arranger… Par moment, notre rythme de respiration s’emballe, on s’essouffle, l’espagnol a même été pris d’une petite crise de panique qui est vite passée lhamdoullah…bref tout ça pour dire, qu’il faut vraiment garder son calme et pas se laisser gagner par l’angoisse et la claustrophobie que l’endroit peut générer. Ça n’a rien à voir, mais ça me fait penser à la respiration en plongée sous marine, qui peut être un peu gênante par moments et dont le secret est de garder son calme.

Potosi 00015

On voit plusieurs mineurs à l’œuvre : ceux qui remplissent les chariots, ceux qui les poussent à travers les rails, ceux qui trient les pierres selon leur qualité…

Potosi 00011   Potosi 00016     Potosi 00012

Ils sont organisés en coopérative et sont indépendants en terme de jours et horaires de travail, ils peuvent passer jusqu’à 10h dans la mine selon le travail et sont payés à la quantité et qualité des pierres vendues aux usines d’extraction.

A l’intérieur de la mine, on retrouve le syncrétisme que j’avais déjà observé à La Paz, entre la petite chapelle au détour d’un couloir et le « Tio » diable/ protecteur des mines à qui les mineurs laissent des offrandes… Parmi les offrandes, de l’alcool à 96° dont ils boivent quelques gorgées avant de l’asperger.

Potosi 00010     Potosi 00013

Au bout de 2 heures, on est bien contents de sortir de la mine ! Et on pense « plus jamais je ne me plaindrai de mon boulot ! », même si on ne s’y tient pas toujours il faut le reconnaître, mais c’est sûr qu’on devrait !

Potosi 00018

Petit point positif, de l’extérieur des mines, la vue sur les montagnes et sur la ville est appréciable.

Potosi 00007     Potosi 00008

Enfin, bon après tout ça, on repart tout « penauds » à nos auberges, pour une douche plus que nécessaire et un petit posage tranquille pour laisser reposer tout ça.

Comments

  • No comments found
Please login to comment

Visit the new site http://lbetting.co.uk/ for a ladbrokes review.